Archives par mois : juillet 2018

Extrait d'un article de Gérard Berry dans lexpress.fr

(…) «  Mais l'informatique n'est pas aussi simple qu'on le raconte souvent. Il reste beaucoup de problèmes scientifiques et techniques liés aux bugs et aux trous de sécurité, qui sont une question majeure aujourd'hui. En somme, l'informatique, c'est facile si on est peu exigeant, mais c'est difficile si on veut vraiment bien faire. Un enjeu majeur pour l'avenir, est d'enseigner l'informatique de l'école au lycée, de manière rigoureuse mais pédagogique. Je m'y investis avec d'autres, à travers la conception des nouveaux programmes d'informatique au lycée.» (...)

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/l-intelligence-artificielle-n-est-pas-intelligente_2024279.html

Quels enseignants pour enseigner l’informatique ? Une interview exclusive de Gilles Dowek

ToutEduc - Paru dans Scolaire le vendredi 13 juillet 2018 - Sur abonnement - (extrait)

La réforme du lycée fait une large place à l'enseignement de l'informatique. ToutEduc a demandé quelles perspectives elle ouvre et quels problèmes elle pose à Gilles Dowek, chercheur à l'INRIA, figure de la SIF (société informatique de France) et de l'association EPI  (Enseignement public et informatique).

« En classe de seconde des lycées d'enseignement général et technologique, il s'agit d'un enseignement d'1h1/2, obligatoire, qui a plusieurs fois changé de nom, combinant informatique, sciences et technologie, ce qui pourrait constituer une victoire pour l'Académie des sciences, l'Académie des technologies, la SIF, le Conseil national du numérique et l'association EPI qui demandent un enseignement d'informatique pour tous depuis plusieurs années. »

«  … ces heures d'enseignement pour toutes les classes de seconde générales et technologiques représentent des milliers de postes, 3 000 environ. Où ira-t-on les chercher ? Va-t-on recruter de nouveaux enseignants ? … Les questions restent nombreuses et c'est sur ces points que nous attendons des clarifications. »

Pour ce qui concerne « les  "Humanités scientifiques et numériques", qui semble maintenant s'appeler "Enseignement scientifique". Personne ne sait de quoi il s'agit. » …

Pour l’enseignement de spécialité (4h en première et 6 h en terminale) « il faudra des enseignants de très haut niveau. Je ne vois pas comment on peut faire sans un CAPES et une agrégation d'informatique. »

« Sans doute fallait-il créer les enseignements pour obliger l'administration à créer les professeurs. »

http://www.touteduc.fr/fr/abonnes/article/id-15171-quels-enseignants-pour-enseigner-l-informatique-une-interview-exclusive-de-gilles-dowek

Voir également l’éditorial du numéro de juin 2018 d’EpiNet : « La mère de toutes les batailles » signé Jean-Pierre Archambault, président de l’EPI : http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1806a.htm

(...) " Les propositions formulées seront résolument tournées vers la préparation des études supérieures"

(...)  " Les programmes des disciplines scientifiques doivent s'appuyer sur des concepts théoriques et former à la singularité du raisonnement scientifique"

(...)  " Je souhaiterais plus particulièrement insister sur les enseignements suivants. En premier lieu l'enseignement de la classe de seconde "Sciences numériques et technologie" doit non seulement permettre d'appréhender les principaux concepts des sciences numériques, notamment l'algorithmique, le code et les systèmes d'exploitation, mais également permettre aux élèves, à partir d'un objet d'étude technologique, d'appréhender le poids croissant du numérique et les enjeux qui en découlent.

(...)  " Sur cette base, je souhaite que l'institution que vous présidez propose, au mois d'octobre, des projets de programme sur l'ensemble des disciplines d'enseignement du futur lycée d'enseignement général et technologique"

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/95/3/Reponse_du_ministre_de_l_EN_Note_d_analyse_du_CSP_futur_lycee_03072018_977953.pdf

M. Jean-Marc MERRIAUX, directeur du numérique pour l'éducation au ministère de l’Éducation nationale a été auditionné par la Commission Studer :

Longs développements sur le "numérique" et "la transformation" (on n'y échappe pas !) du système éducatif, et sur les données :  mieux protégées ... code de bonne conduite ... cadre de confiance ... dimension éthique ...

PIX : Jean-Marc Merriaux a également annoncé des expérimentations à la rentrée pour ce qui concerne  la certification des compétences numériques des élèves.

Pour ce qui concerne notre dossier : difficile de se montrer contre l'enseignement de l'informatique comme ses prédécesseurs : il faut "être en capacité d'apporter des compétences dans le cadre des besoins professionnels énormes" et dans le cadre de la réforme du bac et du lycée. La question du Capes et de l'agrégation informatique se pose mais attention qu'une discipline "très forte" ne fasse oublier que le numérique transcende les disciplines et qu'il doit être porté par tous les enseignements. "Un équilibre est à trouver"

Bruno STUDER, lui fait remarquer que les deux démarches ne sont pas incompatibles.

à suivre …

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6357133_5b3deaa1b4e3f.l-ecole-dans-la-societe-du-numerique--m-jean-marc-merriaux-dir-du-numerique-pour-l-education-au--5-juillet-2018

 

Conseil supérieur des programmes

* Sciences numériques et technologie (classe de seconde) :

Le projet de programme est élaboré par le groupe chargé de l’élaboration du projet de programme de l’enseignement de spécialité Numérique et sciences informatiques proposé au cycle terminal.

* Numérique et sciences informatiques (classes de première et terminale)

- Gérard BERRY, professeur au Collège de France, chaire « Algorithmes, machines et langages », Paris (copilote du groupe)

- Dominique CARDON, directeur du laboratoire de recherche MédiaLab, Sciences Po, Paris

- Laurent CHENO, inspecteur général de l’Éducation nationale, groupe Mathématiques (copilote du groupe)

- Pascale COSTA, inspectrice générale de l’Éducation nationale, groupe Sciences et techniques industrielles

- Gilles DOWEK, chercheur à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) au Laboratoire de Spécification et Vérification (LSV) ; professeur attaché à l’École normale supérieure Paris-Saclay (ENS Paris-Saclay),

- Maxime FOURNY, professeur de mathématiques, lycée Paul-Émile VICTOR, Champagnole

- Christine FROIDEVAUX, professeur des Universités en informatique, LRI - CNRS & Université Paris-Sud, Paris

- Jean-Gabriel GANASCIA, professeur des Universités en informatique, Sorbonne Université, Paris

- Christine GAUBERT-MACON, inspectrice générale de l’Éducation nationale, groupe Économie-gestion

- Loïc JOSSE, professeur de sciences industrielles de l'ingénieur (SII) en informatique et sciences du Numérique (ISN) et de sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D), lycée LOUIS-LE-GRAND, Paris

- Alexis LECOMTE, professeur de mathématiques, lycéeAndré MAUROIS, Elbeuf

- Charles POULMAIRE, professeur de mathématiques, lycée VAN GOGH, Aubergenville

- Françoise TORT, maître de conférences en informatique à l’École normale supérieure Paris-Saclay (ENS Paris-Saclay), Paris

- Christine WEILL, inspectrice d’académie – inspectrice pédagogique régionale de mathématiques, académie de Versailles

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/36/1/Composition_GEPP_Futur_lycee_VDEF_974361.pdf

Un rapport de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat (déposé par la Présidente Catherine Morin-Desailly, sénatrice centriste) qui appelle à lancer un plan numérique axé sur la formation et à faire du numérique la grande cause nationale de 2019. https://www.senat.fr/rapports-senateur/morin_desailly_catherine04070g.html

Synthèse en 8 pages :  https://www.senat.fr/rap/r17-607/r17-607-syn.pdf

(En page 7 : 36 recommandations dont la n°14 : " Restaurer l’enseignement des sciences du numérique comme discipline autonome et créer un CAPES informatique afin de professionnaliser la formation aux sciences du numérique dans l’enseignement secondaire "