Compte rendu de la rencontre

Le 5 décembre 2017, la Société Informatique de France (SIF) et l'association Enseignement Public et Informatique (EPI) ont été auditionnées dans le cadre de la concertation sur la réforme du baccalauréat, mission pilotée par Pierre Mathiot 1 . La réforme du baccalauréat impliquant une réforme du lycée, la réflexion a porté essentiellement sur l'enseignement de l'informatique au lycée.

Reconnaissance de l'importance de l'enseignement de l'informatique au lycée

Avant l’entretien, nos interlocuteurs avaient reçu une note de l’EPI : "Un enseignement de l'informatique de culture générale pour tous les élèves. Pourquoi et comment" parue dans le numéro 11 de 1024, le bulletin de la SIF.

Dès le début de l'entretien, ils ont acté l'importance de l'informatique et de son enseignement au lycée en tant que composante de la culture générale scolaire de tous les élèves au 21e siècle. La problématique informatique est donc bien présente dans la réflexion ministérielle engagée autour de la réforme du baccalauréat. Nous avons demandé que le cap soit fixé pour la mise en œuvre de cet enseignement, avec des échéances précises à long, moyen et court termes. Nous avons argumenté que la situation exceptionnelle de l'informatique, qui n'est toujours pas une discipline au même titre que les mathématiques ou la physique au lycée, requérait un « plan» spécial pour son introduction pour tous les élèves et nécessitait des mesures urgentes pour la formation d'enseignants spécialistes de cette discipline, à savoir la création d'un Capes et d'une agrégation d'informatique.

Majeures et mineures envisagées

Un certain nombre de mesures envisagées par la mission de réforme du baccalauréat nous ont été présentées :

De la Seconde à la Terminale, les élèves se spécialiseraient progressivement, avec détermination en Seconde, puis spécialisations dès la Première.

Le lycée comporterait un tronc commun avec, entre autres :

- un parcours mathématiques-informatique avec deux disciplines « majeures », les mathématiques d'une part, l'informatique d'autre part (3 heures par semaine en première, 6 heures en Terminale, pour chaque majeure) ;

- une « mineure » informatique proposée dans les autres parcours scientifiques ; en effet l'informatique fait évoluer l' « essence » des autres disciplines (objets, méthodes et outils ; c'est par exemple le cas aujourd'hui de pans entiers de la biologie, de la médecine, de la physique) et doit donc être maîtrisée par tous les scientifiques.

Nous nous réjouissons de la création d'un parcours mathématiques - informatique qui répondrait bien à la nécessité de former des lycéens qui pourront se spécialiser ensuite à l'université (licence d'informatique, IUT) pour devenir les futurs cadres / ingénieurs / chercheurs en informatique, dont la France a besoin.

- Nous avons demandé également que l'informatique figure dans les parcours de tous les élèves, pour la formation du citoyen et l'évolution de tous les métiers (anciens et nouveaux, du médecin au mécanicien en passant par le professeur des écoles qui doit initier ses élèves à l'informatique, et aussi dans les sciences humaines et sociales) : en Seconde dans le tronc commun puis sous la forme d'une « mineure » adaptée à chacun des parcours.

Programmes

Concernant les programmes de ces majeures et mineures, il est clair qu'ils devront s'appuyer sur les "attendus" des universités. Le programme de l'option de spécialité actuelle en Terminale S Informatique et Sciences du Numérique (ISN) constitue une référence solide. Nous avons également indiqué que depuis plus d'un an, un groupe de travail (GT) comportant des membres des sociétés savantes de mathématiques, physique, chimie, informatique (SIF), biologie, et des membres des associations de professeurs du secondaire, se réunissait et réfléchissait sur des propositions de programmes de sciences, tant pour tout lycéen (quelle que soit sa poursuite d'études dans le supérieur) que pour les futurs scientifiques 2 .

Les épreuves du Baccalauréat

Les deux majeures seraient évaluées en Terminale, juste avant les vacances de printemps : l'avantage de ce calendrier est que les résultats seraient disponibles pour l'orientation dans le Supérieur). À cela seraient ajoutées deux épreuves en fin d'année : une épreuve de philosophie et un "grand oral" de culture scientifique sur un sujet travaillé en relation avec les deux disciplines majeures de l'élève.

Calendrier prévisionnel de la réforme

La réforme serait mise en place à la rentrée 2018 en Seconde : réagencement des rythmes, programmes inchangés. En 2019, ce serait la montée en Première et des nouveaux programmes en Seconde, puis en 2020 en Terminale avec le nouveau bac en fin d'année scolaire.

Formation des enseignants d'informatique

On ne peut donner sa nécessaire place à la discipline informatique sans enseignants spécialistes. Or, il n'y a actuellement pas de professeurs d'informatique d'enseignement général. Il faut en former comme le système éducatif forme les professeurs des autres disciplines. Cela signifie qu'il faut créer sans attendre un Capes et une agrégation d'informatique. M. Mathiot nous a dit que la création d'une agrégation d'informatique était à l'étude. Pour le programme de cette agrégation, nous leur avons suggéré de partir des programmes des options des trois agrégations : option informatique en Mathématiques, ingénierie informatique en Sciences Industrielles et de l'Ingénieur, et Systèmes d'information en Économie-gestion 3.

Il faut aussi prévoir des solutions transitoires pour le court terme dans le cadre de la formation continue de certains enseignants en poste. Pour cela, il faut une véritable formation continue à l'informatique s'étalant sur une année, voire deux, comme il a été fait dans certaines académies lors de l'introduction d'ISN. Les membres de la mission ont évoqué le recours possible à des professionnels de l’informatique en reconversion vers l’enseignement, et le soutien d'entreprises d'informatique (par exemple avec des PAST ou un mécénat d'entreprise), pour participer à cet effort nécessaire à l’introduction d’un enseignement de l’informatique dans tous les parcours. Toutefois, ces professionnels, pour être pleinement opérationnels, devraient être accompagnés sur le plan pédagogique. Nous avons indiqué que les doctorants en informatique qui inscrivent dans leur contrat doctoral une mission d'enseignement (anciens assistants moniteurs), pourraient également contribuer à cet enseignement ou à l'accompagnement de professeurs en cours de formation à l'informatique. Enfin, il faudrait officialiser les compétences des professeurs qui enseignent ISN et ICN.

En conclusion, la SIF et l'EPI ont apprécié le climat d'échanges constructifs et la réceptivité des membres de la commission aux propositions qu'elles leur ont faites. Elles insistent sur la fait qu'il est essentiel et urgent de proposer dès à présent des solutions transitoires pour pallier l'absence de professeurs d'informatique, et de mettre en œuvre sans attendre la création d'un corps d'enseignants d'informatique (Capes et agrégation). C'est une condition sine qua non de réussite de l'objectif sociétal d'un enseignement de l'informatique de culture générale pour tous les élèves et de formation des futurs ingénieurs dans le domaine de l'informatique et le numérique.

Association Enseignement Public et Informatique (EPI)

Société Informatique de France (SIF)

Paris, le 9 décembre 2017

  1. Ont participé à la rencontre Jean-Pierre Archambault, président de l'EPI, Christine Froidevaux, vice-présidente de la SIF et Philippe Marquet, vice-président enseignement de la SIF.

  1. Ce GT sera reçu le 11 décembre.

Le congrès SIF 2018, « L’informatique au carrefour des sciences »,  aura lieu à Paris, les 31 janvier et 1er février en partenariat avec le Palais de la découverte, le CNRS INS2I et INRIA.

Ce congrès est dédié à la mémoire de Maurice NIVAT, père de l’informatique française.

- Mercredi 31 janvier au Palais de la découverte (salle de conférences)
- Jeudi 1er février à l’Université Pierre et Marie Curie (amphi Durand)
Assemblée générale de la SIF

Le programme :
http://www.societe-informatique-de-france.fr/congres/congres-sif-2018-linformatique-au-carrefour-des-sciences/

L'EPI et la SIF ont sollicité une rencontre sur la réforme du lycée et du baccalauréat.

Les avancées récentes (ISN, ICN, ...) doivent tendre vers la création, dans le secondaire, d'une discipline spécifique avec ses professeurs spécialisés titulaires d'un capes ou d'une agrégation.

Dans le contexte informatique et numérique actuel une telle création conditionne en grande partie l'avenir culturel et économique de notre pays.

Le n°199 d'EpiNet, la Revue électronique mensuelle gratuite de l'EPI,  est en ligne: http://www.epi.asso.fr/epinet/epinet199.htm

L'éditorial : "L'EPI auditionnée par l'Inspection générale"
http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1711a.htm

Les articles : http://www.epi.asso.fr/revue/articsom.htm#a1711

- Un enseignement de l'informatique de culture générale pour tous les élèves.  Pourquoi et comment . Jean-Pierre  Archambault.
- Dossier : Mobilité et pédagogie au Maroc (4 articles)
- Lu-EPI du livre de Gérard Berry : "L'hyperpuissance de l'informatique":
  http://www.epi.asso.fr/revue/lu/l1711d.htm

Et l'ensemble des rubriques habituelles ...

 

Cycle / Histoire de l'informatique et du numérique : Le logiciel libre dans tous ses états: histoire, économie et préservation, exposé de Roberto Di Cosmo, le jeudi 16 novembre de 14h30 à 17h,  292 Rue Saint-Martin 75003 Paris, amphi Abbé-Grégoire:
http://culture.cnam.fr/novembre/le-logiciel-libre-dans-tous-ses-etats-histoire-economie-et-preservation-919262.kjsp?RH=1315840350339

La Société informatique de France vous invite à participer à la première édition de son : Concours de vidéos : #ScienceInfoStream « L’informatique en stream » sous le haut patronage de  Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, en charge du Numérique.

Vous êtes passionné(e)s de science informatique ? Vous aimez les défis ? Vous vous sentez l’âme d’un vidéaste ?

N’attendez plus ! Prenez votre smartphone, webcam, ou  caméra : vous avez moins de 256 secondes pour partager ces pépites de science qui vous fascinent.

Votre vidéo, tournée en français, aura une durée comprise entre 27 (128) et 28 (256) secondes. Elle sera au format de votre choix (les formats libres, comme ogv, sont encouragés) et mise à disposition sur le web (via votre  page personnelle ou via un site de streaming). La soumission se fera par email à l’adresse scienceinfostream@societe-informatique-de-france.fr, une déclaration d’intention est attendue avant le 1er décembre 2017, la soumission finale devra arriver avant le 8 janvier 2018. Le mail contiendra, outre le lien, le titre de la vidéo et les noms et prénoms de son ou de ses auteur(s) avec une présentation succincte (âge, rôles respectifs dans le projet…).

Un jury composé notamment d’informaticiens et de spécialistes de la médiation scientifique réalisera une première sélection de vidéos dont la diffusion et la promotion seront assurées par la SIF et ses partenaires. Trois d’entre elles seront ensuite choisies et recevront des récompenses allant de 500 à 1500 euros.  Les vidéos seront mises en ligne aussi par la SIF, de manière ouverte avec une licence Creative Commons choisie par l’auteur(e).  La remise des prix se déroulera au Palais de la découverte le 31 janvier 2018 lors du congrès de la SiF en présence de nombreux intervenants prestigieux.

Le jury appréciera particulièrement les vidéos qui satisfont un ou plusieurs des critères suivants : originalité du sujet ou du point de vue utilisé pour le traiter,aptitude à susciter une vocation pour la science informatique,sensibilisation aux enjeux sociétaux de la science informatique,capacité à expliquer en langage simple un point de science informatique.

Qui peut participer ? Toutes et tous, en individuel ou en équipe, de 5 à 105 ans

Toutes les informations sont rassemblées sur la page web du concours :

http://www.societe-informatique-de-france.fr/2017/07/concours-de-videos-scienceinfostream/

L'éditorial : Au revoir Maurice : http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1710a.htm

Les articles:

Maurice Nivat, la perte d'un ami. Bureau de l'EPI.

Création, innovation, en informatique et ailleurs. Maurice Nivat.

La « main invisible » du numérique. Christine Eisenbeis, Maxence Guesdon.

Lancement de la Chaire UNESCO en technologies pour la formation des enseignants par les ressources éducatives libres. Colin de la Higuera.

Éléments pour une histoire de l'enseignement de l'informatique dans l'enseignement général en France (2e partie 2000-2017). Jacques Baudé.

et toutes les rubriques habituelles ....

Paris, le 13-10-2017

Colloque de didactique de l’informatique du 7 au 9 février 2018 à Lausanne :

- Thématique du colloque : http://didapro.org/7/objectifs-et-themes/

- Appel à posters et ateliers :
http://www.adjectif.net/spip/spip.php?breve890&var_mode=calcul

On se réjouit du retour de cette thématique, 30 ans après le premier colloque EPI . Colloque francophone sur la didactique de l'informatique, Université René Descartes, Paris, les 1, 2 et 3 septembre 1988, Paris, EPI, 312 pages. https://www.epi.asso.fr/association/dossiers/d07som.htm

On pourra relire avec profit « L’AFDI (1988-1996) » qui retrace l’historique des cinq colloques francophones sur la didactique de l’informatique : Paris (1988), Namur (1990), Sion (1992), Québec (1994) et Monastir (1996)  : http://www.societe-informatique-de-france.fr/wp-content/uploads/2016/11/1024-no9-AFDI.pdf