Ouverture du Mooc SNT le 15 mars 2019 : conférences

À l'occasion de l'ouverture le 15 mars prochain du Mooc SNT (Sciences Numériques et Technologie), Class'Code Pays de la Loire organise une série de conférences afin de vous permettre de découvrir les thèmes du programme. Nous aborderons les grandes étapes historiques de ces thématiques ainsi que leurs concepts fondamentaux en compagnie d'experts, d'enseignants-chercheurs, d'associations, d'entreprises et d'institutions.

- Les réseaux sociaux (5 mars)

- La photographie numérique (7 mars)

- Internet (12 mars)

- Localisation, cartographie et mobilité (14 mars)

- Informatique embarquée et objets connectés (21 mars)

- Le Web ( 26 mars)

- Les données structurées et leur traitement (28 mars)

Toutes ces conférences se dérouleront de 18H à 20H. Elle sont ouvertes au public (réservation obligatoire, limité à 50 places) et seront diffusées en direct.

Pour vous inscrire, consulter le programme et la liste des participants et obtenir le lien du stream, vous pouvez consulter cette page qui sera régulièrement mise à jour:

https://fc.univ-nantes.fr/navigation/conferences-webinaires-class-codes-snt-sciences-numeriques-et-technologie-2406442.kjsp

Le lien vers le Mooc SNT de Class'Code:

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1%3Ainria%2B41018%2Bsession01/about

https://pixees.fr/classcode-v2/

(communiqué par Bastien Masse, coordinateur territorial Projet Class'Code)

Selon Roberto Di Cosmo, directeur du projet Software Heritage, cet Appel est l'aboutissement de longs mois de travail en collaboration avec l'Unesco.
L'annonce officielle de l’Unesco :
https://en.unesco.org/news/preserving-software-source-code-key-powering-future-software-development

L'annonce Inria : https://www.inria.fr/actualite/actualites-inria/sensibiliser-a-la-preservation-et-a-l-acces-au-code-source-des-logiciels

Le billet de blog Software Heritage : https://www.softwareheritage.org/2019/02/26/paris-call-software-source-code/

Cet appel, et le rapport sur lequel il est basé, est un instrument important pour contribuer à la prise de conscience de l'importance du logiciel dans notre société.

L'appel de Paris est une base solide pour imaginer et construire de nouvelles actions autour de la préservation et la mise en valeur du code source du logiciel, et pour soutenir le développement des logiciels libres.

Nous invitons tous les acteurs à s’emparer de l’Appel de Paris et à contribuer à la mission de Software Heritage.

L'informatique pour tous à l'école

ÊTRE ET SAVOIR  par  Louise Tourret       (extrait)

sur France Culture   LE DIMANCHE 27 janvier 2019 DE 17H00 À 18H00

A l'heure où l'Éducation nationale vient d'annoncer la création d'un Capes informatique et numérique , l'informatique devient une discipline scolaire à part entière (…) Tout le monde doit-il étudier l’informatique ? Le ministère a donc répondu positivement mais il faut dire que le sujet était dans les tuyaux depuis longtemps rue de Grenelle, des informaticiens militaient depuis près de 40 ans pour l’arrivée de cette nouvelle discipline dans l’Éducation nationale.

Avec : 

  • Gilles Dowek, informaticien, chercheur à l’Inria et professeur attaché à l’ENS Paris-Saclay, président du Conseil scientifique de la Société informatique de France (SIF), et auteur notamment de Vivre, aimer, voter en ligne, et autres chroniques numériques (Le Pommier, 2017).
  • Gérard Berry (au téléphone depuis Londres), informaticien, professeur au Collège de France (Chaire Algorithmes, machines et langages) et auteur notamment de L'Hyperpuissance de l'informatique (Odile Jacob, 2017).
  • Bruno Devauchelle (en duplex de Lyon), Professeur associé à l'Université de Poitiers, membre du laboratoire de recherche TECHNE (université de Poitiers), auteur notamment d'Eduquer avec le numérique(ESF, 2017).

https://www.franceculture.fr/emissions/etre-et-savoir/linformatique-pour-tous-a-lecole

(EPI-26-01-2019)

Sur le site du SNES-FSU : réforme du lycée , les programmes officiels (en attendant le BO spécial du 22-01-2019) :

«  Tous les programmes sont en ligne ci-dessous avec en regard le nombre de voix obtenues au Conseil supérieur de l’Éducation (CSE) de décembre. Pour une grande majorité d’entre eux, et malgré des votes négatifs, ces textes n’ont subi aucune modification significative avant leur publication » : https://www.snes.edu/Programmes-de-lycee-acte-3-publication.html

Voir notamment :

- SNT en seconde : https://www.snes.edu/IMG/pdf/snt_annexe_2e_bo.pdf

- NSI en première : https://www.snes.edu/IMG/pdf/nsi_spe_annexe_1eg_bo.pdf

- Enseignement scientifique en première générale :

https://www.snes.edu/IMG/pdf/ens_sci_com_annexe_1eg_bo.pdf

Le Capes informatique en 2020, une reconnaissance et des défis

letudiant.fr - Étienne Gless - Publié le 17.01.2019

« Le ministre de l’Éducation nationale a annoncé la création du Capes d’informatique en 2020. Une décision qui consacre l’enseignement des sciences du numérique en tant que nouvelle discipline scolaire. Pour former des professeurs d'informatique opérationnels à la rentrée 2019, un diplôme interuniversitaire est en cours de création.

"Avec la création du Capes informatique, nous créons un cercle vertueux de la présence de l’enseignement numérique". Au micro de France Culture, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, annonçait, le 7 janvier 2019, la création du Capes d’informatique pour 2020.

"Dans quelques années, nous créerons probablement une agrégation d’informatique", a ajouté le ministre de l’Éducation nationale. Une décision politique très attendue.

"Cela a été un long chemin avant d'arriver à cette reconnaissance !" se réjouit Pierre Paradinas, professeur titulaire de la chaire systèmes embarqués au Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) et président de la SIF (Société informatique de France). En 1970, le ministère de l'Éducation nationale testait l'introduction de l'informatique dans l'enseignement secondaire, avec l'expérience dite des 58 lycées.

Une nouvelle discipline au lycée

"Ceux qui ignorent tout de l'informatique seront infirmes dans le monde de demain", notait déjà la circulaire de l'époque. "L'instauration de ce concours va induire la création d'un corps enseignant en informatique dans l'Éducation nationale avec des professeurs, des inspecteurs…" détaille Pierre Paradinas.

"Bien sûr, nous serons attentifs aux contenus des enseignements et aux conditions de formation, mais le plus important, c'est cette annonce : un premier domino est tombé ! "

La création de ce certificat professoral dès 2020 est à rapprocher de la réforme du bac et du lycée, annoncée le 14 février 2018 suite à la remise du rapport de Pierre Mathiot, avec la création d'une nouvelle discipline au lycée, NSI, "Numérique et science informatique".

Si le nouveau bac n'entrera en œuvre qu'à partir de 2021, le programme du nouveau lycée prévoit, dès la rentrée 2019, en classe de seconde générale et technologique, un enseignement obligatoire commun, SNT (Sciences numériques et technologie), et, en classe de première et terminale, la spécialité NSI.

Un vivier de candidats à former

Les défis immédiats à relever ne sont pas minces : constituer un vivier de futurs candidats au Capes d'informatique, créer les formations universitaires pour ce nouveau débouché… Pour proposer la nouvelle discipline dans la moitié des lycées de France en 2020, les besoins sont estimés à 1.500 postes.

Mais le plus urgent est de former rapidement les premiers professeurs d'informatique pour qu'ils soient opérationnels en septembre 2019.

En attendant le recrutement des premiers professeurs titulaires du futur Capes d'informatique, qui ne seront que quelques dizaines au début, Jean-Michel Blanquer mise donc sur la formation continue.

Un groupe d’universitaires est déjà au travail avec la DGESCO et la DGRH de l'Éducation nationale pour déployer un programme accéléré de formation : le DIU (diplôme interuniversitaire) "Enseigner l'informatique au lycée".

Un diplôme national commence à être proposé dans certaines universités, "avec au moins une proposition par région académique", précise le groupe de travail.

Le financement de la formation est en cours d'arbitrage entre le ministère de l'Éducation nationale et de la jeunesse et la CPU (Conférence des présidents d'université).

Les documents utiles à télécharger : Diplôme inter universitaire "Enseigner l'informatique au lycée"

https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/le-capes-informatique-en-2020-une-reconnaissance-et-des-defis.html

(Une excellente mise au point par Étienne Gless)

 

CAPES d’informatique

M. le président. La parole est à Mme Céline Calvez.

Mme Céline Calvez. Monsieur le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, dans le cadre d’une mission au sein de la Délégation aux droits des femmes de notre assemblée, j’ai présenté avec notre collègue Stéphane Viry un rapport sur la place des femmes dans le monde scientifique.
Ce travail a mis en lumière une triste réalité : la trop faible présence des femmes dans ces filières. Cette réalité s’est exacerbée, et devient même alarmante dans le domaine du numérique et des sciences informatiques, car la place des femmes a reculé, depuis les années quatre-vingt, dans le domaine informatique.
Or il s’agit d’une filière d’avenir, porteuse de nombreux débouchés. Les enjeux du code, de l’algorithme et de l’intelligence artificielle vont en effet déterminer notre société de demain.
Vous l’avez souligné dans votre feuille de route en août 2018 : vous souhaitez placer le numérique au cœur et au service de l’école de la confiance. Ainsi, avec la réforme du baccalauréat, on voit apparaître un nouvel enseignement de spécialité « numérique et sciences informatiques ». On peut se poser la question de la formation et du recrutement des enseignants qui l’assureront.
Le 7 janvier, vous avez annoncé la création d’un CAPES d’informatique. Votre décision permettra de porter à part entière l’informatique dans notre parcours scolaire. Je tiens à saluer ici le travail de Danièle Hérin qui, à plusieurs reprises, vous a appelé à la création de ce CAPES.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LaREM.) Merci Danièle, pour ta ténacité !
Les sciences du numérique revêtent un caractère profondément pluridisciplinaire. Au-delà du recrutement par le CAPES, comment imaginez-vous le recrutement et la formation de celles et ceux qui enseigneront le numérique à l’école ? Les exigences disciplinaires des concours d’aujourd’hui sont-elles encore pertinentes pour sélectionner les enseignants de demain dans un monde de plus en plus transversal ?
Plus globalement, monsieur le ministre, quelles sont les perspectives de formation aujourd’hui et demain pour les enseignants ?
(Applaudissements sur les bancs du groupe LaREM.)

M. le président. La parole est à M. le ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse.

M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse. Madame la députée, votre question touche à un sujet essentiel, qui caractérise une des plus grandes évolutions de notre société : le numérique. Nous savons tous que nous avons à former nos élèves – garçons et filles – à une nouvelle civilisation, qui correspond à la fois à la société et aux métiers de demain, et qui ouvre donc des opportunités.
On dit souvent que les nouvelles générations sont très numériques. En réalité, leurs savoirs sont assez superficiels. Il est temps que l’école délivre un savoir approfondi. C’est pourquoi la réforme du lycée prévoit une série d’innovations. Je vous remercie de les avoir rappelées.
La première est le fait que, dès la prochaine rentrée, la discipline technologie et sciences numériques sera enseignée à tous les élèves de seconde à raison d’une heure et demie par semaine.
Et puis, il y a cet enseignement de spécialité, extrêmement important, qui constitue même une innovation au niveau mondial : pour la première fois, un enseignement de spécialité de quatre heures – puis de six heures en terminale – sera dispensé au lycée concernant le numérique et les sciences informatiques.
Cette nouvelle réalité nous permet de faire beaucoup de choses, notamment de mener une politique volontariste pour que plus de jeunes filles se destinent aux carrières numériques, car, de façon générale, la réforme du lycée permet des choix plus authentiques, plus approfondis, pour qu’après le baccalauréat celles et ceux qui choisissent un enseignement de spécialité puissent continuer dans le domaine qu’ils auront commencé à approfondir.
La réforme favorisera cette égalité entre hommes et femmes que vous désirez, comme nous tous, dans le domaine informatique comme dans les autres.

Ce nouveau contexte permet également de créer un CAPES d’informatique. Cette mesure était très attendue par le milieu informatique. Nous la prévoyons pour l’année 2020, avant de créer ensuite une agrégation d’informatique. Bien entendu, comme vous le souhaitez, ce sera aux avant-postes de l’innovation pédagogique, puisque le sujet s’y prête considérablement. (Applaudissements sur les bancs des groupes LaREM et MODEM.)

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2018-2019/20190117.asp#P1581510