Projet de loi pour une République numérique

Proposition présentée par Jean-Pierre Archambault pour l’EPI le 9 octobre 2015, réponse du gouvernement et avis de l’EPI.

1) proposition « L'enseignement de l'informatique pour tous »

L'informatique, science et technique qui sous-tend le numérique, est une composante de la culture générale du 21ème siècle. Elle est enseignée à tous les élèves au collège et au lycée sous la forme d'une discipline en tant que telle, après une sensibilisation dès l'école primaire.  Un Capes et une agrégation d'informatique sont créés.

Association Enseignement Public et Informatique (EPI)

http://www.enseignerlinformatique.org/2015/10/19/la-consultation-pour-une-republique-numerique-est-terminee/

rubrique « Documents » d’EpiNet n°179 (15 novembre 2015)

http://www.epi.asso.fr/revue/lu/l1511p.htm

2) Réponse du gouvernement - 3 décembre 2015 :

Dans cette réponse on peut lire :

« L’enseignement optionnel de l’informatique et des sciences du numérique doit être aussi bientôt étendu aux classes de 1ère et de Terminale.

Enfin, il est prévu d’introduire une option informatique au sein du CAPES de mathématiques de façon à élargir le vivier des enseignants prenant en charge les différents enseignements d’informatique. »

L'intégralité de la réponse :

« Pour la première fois, l’enseignement de l’informatique et de l'algorithmique est proposé à tous les collégiens, au cycle 4, à la rentrée 2016. Ces enseignements, qui se dérouleront en classes de mathématiques et de technologies visent à leur apporter des clés de décryptage d’un monde numérique en évolution constante. Ils permettront d’acquérir des méthodes qui construisent la pensée algorithmique et développe des compétences dans la représentation de l’information et de son traitement, la résolution de problèmes, le contrôle des résultats. Ils seront également l’occasion de mettre en place des modalités d’enseignement fondées sur une pédagogie de projet, active et collaborative. Pour donner du sens aux apprentissages et valoriser le travail des élèves, ces enseignements doivent se traduire par la réalisation de productions collectives (programmes, applications, animations, sites, etc.) dans le cadre d’activités de création numérique, au cours desquelles les élèves développent leur autonomie, mais aussi le sens du travail collaboratif.

Dans le cadre de la réforme du lycée et depuis la rentrée scolaire 2012, l’informatique fait l’objet d’un enseignement à part entière en classe terminale de la série scientifique : informatique et sciences du numérique (enseignement de spécialité / 2 heures hebdomadaires). Cet enseignement propose aux élèves une introduction à la science informatique : information numérique, algorithmes, langages, architectures. C’est aussi un enseignement d’ouverture et de découverte qui valorise la créativité, prépare au monde de demain et permet aux élèves de mieux s’orienter. C’est aussi dans cet esprit qu’à la rentrée 2015 est proposé dans les classes de seconde un enseignement d’ouverture consacré à l’informatique et à la création numérique. L’enseignement optionnel de l’informatique et des sciences du numérique doit être aussi bientôt étendu aux classes de 1ère et de Terminale.

Enfin, il est prévu d’introduire une option informatique au sein du CAPES de mathématiques de façon à élargir le vivier des enseignants prenant en charge les différents enseignements d’informatique. »

https://www.republique-numerique.fr/projects/projet-de-loi-numerique/consultation/consultation/opinions/section-1-competences-et-organisation/l-enseignement-de-l-informatique-pour-tous

3) Pour l'EPI, « l'extension de l'enseignement optionnel de l’informatique et des sciences du numérique doit être aussi bientôt étendu aux classes de 1ère et de Terminale. » est un pas vers un enseignement pour tous. Il faut préciser ce que recouvre le « bientôt ». Et cet enseignement de l'informatique devenue discipline scolaire en tant que telle doit être assuré par des professeurs d'informatique (Capes, agrégation, formation continue).

« Une option informatique au sein du CAPES de mathématiques ». Oui, mais toujours pas de Capes, agrégation d'informatique. L'informatique, science majeure de notre époque, doit être traitée comme ses consoeurs de l'enseignement scolaire.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *