Informations

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 10 octobre 2018.
RAPPORT D’INFORMATION déposé en application de l’article 145 du Règlement PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES CULTURELLES ET DE L’ÉDUCATION en conclusion des travaux de la mission d’information sur l’école dans la société du numérique, et présenté par M. Bruno STUDER, Président et Rapporteur

http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/rap-info/i1296.pdf

Projet
de rapport d'information : "l'école dans la société du
numérique" rapporté par Bruno Studer, Président de la
Commission des affaires culturelles et de l’Éducation de
l’Assemblée nationale. (10-10-2018)

Un
compte rendu rapide en attendant la mise en ligne du rapport
parlementaire  ***

Christine
Froidevaux, Luc Bougé et Jacques
Baudé étaient
au MEN à la présentation du rapport d'information rédigé par
Bruno Studer sur "l'école
dans la société du numérique
". Ils
avaient été
auditionnés le 27 juin. Rappel
:
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6313732_5b339d1f0485a.l-ecole-dans-la-societe-du-numerique--table-ronde-d-editeurs-scolaires-27-juin-2018 (repère:
01:38:16)

Présentation
par Bruno Studer et longs commentaires de Jean-Marc Merriaux
(Direction du Numérique pour l’Éducation : d'où le lieu de
la présentation de ce projet de rapport)  J-M Blanquer excusé
car en conseil des ministres.

Dans
ce long rapport de 84 pages, dominé par le numérique, 25
propositions dont notamment :

  • Proposition
    numéro 7: créer un CAPES et une agrégation d'informatique.

  • Proposition
    17 : renforcer la formation des enseignants du premier degré à
    l'informatique
  • Page
    46: "Quels enseignants pour les nouveaux programmes du lycée"
    : 2 paragraphes issus du  mémorandum de la SIF.

  • Page
    79: personne auditionnée : Gérard Berry - Page 83 : mention de
    notre "Table ronde" du 27 juin.

L’EPI
est intervenue
sur l'urgence de mettre en place Capes et agrégation
notamment pour la spécialité NSI en première et terminale qui
nécessitera des enseignants très bien formés >>> réponse
de Jean-Marc Merriaux : "Nous
y travaillons avec la DGESCO" .

Il
a eu l’occasion de dire par la suite que les élus devaient veiller
à la réalisation par le MEN de leurs propositions !

À
suivre .

***
Rapport
d'information déposé en application de l'article 145 du règlement,
par la commission des affaires culturelles et de l'éducation, en
conclusion des travaux d'une mission d'information sur l'école dans
la société du numérique
,
n° 1296
,
déposé(e) le mercredi 10 octobre 2018

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/ecole_societe_numerique_rap-info

Voir par ailleurs: Les
projets de
programmes

écrits par les groupes d’élaboration (GEPP) et en cours de
finalisation par le Conseil supérieur des programmes (CSP) mis à
disposition de la profession par le SNES-FSU :
https://www.snes.edu/Projets-de-programmes-du-lycee-lever-le-voile.html

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a défendu, mercredi 3 octobre, sa réforme du lycée et du baccalauréat, devant les sénateurs et sénatrices.

Vidéo, durée 1h30 : https://www.youtube.com/watch?v=_PHqsPdKXJQ

Selon Madame la
sénatrice Catherine Morin-Desailly, dans son intervention liminaire
à l’adresse du ministre, le sénat se préoccupe d’équité
territoriale et porte sur la réforme un regard bienveillant mais
critique et vigilant. Nous n’avons guère perçu le regard critique
sur la suppression de postes ou la formation des enseignants qui
laisse à désirer et le ministre a pu déployer ses interventions
sans difficulté avec son aisance habituelle.

Pour ce qui concerne l’enseignement de l’informatique, on peut se positionner à partir de la 52ème minute de la vidéo.

Capes
et agrégation entendus dans la bouche du sénateur Laurent Lafon
(pour dire que ces concours n’existent pas en ce qui concerne
l’informatique) ne font pas partie – pour l’instant – de
l’argumentation de Jean-Michel Blanquer.

Le ministre évoque néanmoins (55ème minute et suivantes) : «la problématique des ressources humaines » particulièrement pour les enseignements nouveaux comme « la grande innovation de la réforme: les sciences informatiques. » « Nous avons un plan de formation pour répondre à cela. C'est planifié » . Cet enseignement sera implanté au cours du temps.

Pour ce qui concerne les programmes, en réponse à une question de la sénatrice Laure Darcos, le ministre précise qu’ils seront rendus publics fin octobre, qu’une large consultation aura lieu courant novembre et que les textes définitifs seront connus fin décembre 2018.

Lycées
d'enseignement général et technologique

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=134460

NOR :
MENE1826273N
note de service n° 2018-115 du 26-9-2018
MEN
- DGESCO A1-4

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-directrices et directeurs académiques des services de l'éducation nationale ; aux chefs d'établissements publics et privés sous contrat ; aux professeurs des établissements publics et privés sous contrat ; aux directrices et directeurs de centres d'information et d'orientation ; aux psychologues de l'éducation nationale
-------------------------------------------------------------------------------------------
                                              (extrait)

2. Accompagnement et modalités du choix des enseignements de spécialité dans la voie générale (...)

Dès le deuxième trimestre de l'année de 2de, les élèves et leurs familles formuleront des intentions d'orientation et seront invités à mentionner 4 enseignements de spécialité parmi ceux proposés dans l'établissement. Ces souhaits sont portés à cinq au cas où ils comprendraient un enseignement de spécialité qui n'est pas dispensé dans l'établissement de scolarisation de l'élève (...)

3. Modalités d'inscription en classe de première générale

(...)  Des conventions pourront être mises en place entre deux établissements géographiquement proches afin de permettre à leurs élèves de suivre des enseignements de spécialité qui ne seraient pas offerts dans leur lycée de scolarisation.

Lorsque des solutions proches ne pourront être trouvées, et dans
des cas exceptionnels, un des enseignements pourra être suivi à
distance, notamment dans le cas où il serait proposé par le
Cned.

Lorsque le choix des enseignements de spécialité nécessite un
changement d'établissement, une procédure d'affectation
particulière peut être mise en place au niveau académique.

L'ensemble du processus doit permettre d'assurer une large
gamme de choix d'enseignements de spécialité.

Le sens profond de cette évolution est de développer
l'autonomie et la créativité des élèves, facteurs essentiels de
réussite au XXIe siècle.

Pour le ministre de l'Éducation nationale et par délégation,
Le
directeur général de l'enseignement scolaire,
Jean-Marc Huart

Rapport d'activité 2017 de l'Inspection générale de l’Éducation nationale  :

Le rapport IGEN (n° 2017-115) daté de janvier 2018 : "L'enseignement de l'informatique" a été remis au ministre mais non publié (cf. page 77) : http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/73/5/IGEN-Rapport-

On peut
s'interroger sur les raisons  : que faisait-il apparaître ? que proposait-il d'impossible à réaliser  ?

Lycées d'enseignement général et technologique

Enseignements de spécialité

NOR
: MENE1823260N
note de service n° 2018-109 du 5-9-2018
MEN - DGESCO A2-1


Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; au directeur du Siec d'Île-de-France ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie-inspectrices et inspecteurs pédagogiques régionaux ; aux chefs d'établissements publics et privés sous contrat ; aux professeurs des établissements publics et privés sous contrat

" Les enseignements de spécialité plus spécifiques (arts, littérature et LCA, ainsi que numérique et sciences informatiques, et sciences de l'ingénieur, dont l'offre sera amenée à progresser dans les prochaines années) feront l'objet d'une carte académique, voire nationale pour les plus rares d'entre eux. " (...)
" À titre exceptionnel, un élève peut suivre une partie des enseignements dans un établissement autre que celui dans lequel il est inscrit, lorsque ces enseignements ne peuvent être dispensés dans son établissement d'inscription, et lorsqu'une convention existe à cet effet entre les deux établissements, ou changer d'établissement dans les conditions prévues à l'article D. 331-38 du Code de l'éducation. Certains élèves peuvent également être amenés à suivre un enseignement de spécialité à distance. "  (...)  CNED
"Les modalités précises de choix et d'affectation des élèves en enseignement de spécialité seront indiquées dans une prochaine note de service publiée à la mi-septembre."

Pour le ministre de l'Éducation nationale et par délégation,
Le directeur général de l'enseignement scolaire,
Jean-Marc Huart
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=133602

Et bonjour l'ambiance dans les établissements.
Nous avions déjà connu cela du temps de l'ex-option mais
probablement à un moindre degré.

Il y a de quoi être inquiet sur la mise en œuvre
de la réforme du lycée, sa "faisabilité" et ses réels objectifs.

>>>>>>>    L’Étudiant du 04-09 apporte une précision (extrait) :

" La mise en œuvre des cartes de formation a
déjà commencé.
Ainsi, dans un autre document que s'est
procuré l'Etudiant, l'académie de Rennes a mis en place la
démarche suivante : une première consultation des équipes
(enseignants et chefs d'établissement) est mise en place dans les
lycées. Elle durera jusqu'à la fin de l'automne 2018. Les
résultats seront débattus entre proviseurs de lycées d'un même
réseau. Les décisions dépendront notamment du nombre d'enseignants
de chaque discipline présents, du nombre d'élèves et du nombre de
lycées dans un territoire donné. Au niveau national, c'est en
janvier que tout cela sera décidé. Et vous connaîtrez alors les
spécialités que proposera votre lycée
pour la rentrée
2019." (...)

https://www.letudiant.fr/lycee/exclusif-reforme-du-lycee-toutes-les-specialites-ne-seront-pas-proposees-dans-votre-lycee.html

A propos de la formation
des enseignants

-
Vidéo
:
http://www.education.gouv.fr/cid133383/ensemble-pour-l-ecole-de-la-confiance-annee-scolaire-2018-2019.htmlpresse

Allusion
à une réforme de la formation des enseignants (annoncée pour
début 2019) en prévoyant leur pré-recrutement et leur
accompagnement après titularisation ; le ministre a également
évoqué la formation dans les ESPE mais il n'a rien dit sur les
concours de recrutement.

-
Dans
le Dossier
de rentrée

: "Ensemble
pour l'école de la confiance
"
(103 pages pdf):
http://cache.media.education.gouv.fr/file/Rentree_2018-2019/82/9/2018_DPrentree_989829.pdf

.
Cf. page 35 et suivantes :  rappel du bac 2021 et des grilles
horaires (déjà parus au JO, voir ci-dessous)

.
Cf. pages 57-58 : formation des enseignants ... grâce
au numérique.

.
Reste (page 21) le Conseil scientifique de l’éducation nationale
...

"Le
10 janvier 2018, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel
Blanquer, a mis en place un Conseil scientifique de l’éducation
nationale, présidé par le professeur Stanislas  Dehaene et
composé de scientifiques reconnus issus de différents champs
disciplinaires. C’est un lieu d’échange et d’expertise
pluridisciplinaire qui permet d’éclairer la prise de  
décision politique. Ses travaux portent sur l’acquisition des
savoirs fondamentaux,
la formation des professeurs,
l’expertise des ressources ou encore l’évaluation des élèves
."

NDLR-EPI :
le ministre se "projette dans l'avenir" et
"prépare aux métiers de demain"
mais sans dire
avec quels enseignants
formés, aux compétences validées...

   le numérique au service de l'École de la confiance

" Le système éducatif est engagé dans des transformations pédagogiques
et organisationnelles profondes, de l'école maternelle au
post-baccalauréat, qui nécessitent de mobiliser fortement les
potentialités du numérique. Celui-ci représente en effet un levier de
transformation puissant pour accompagner la politique ministérielle dans
toutes ses dimensions : transformation pédagogique, avec le numérique
au service des apprentissages et de leur évaluation, formation aux
enjeux et aux métiers de demain, simplification des relations avec les
usagers, modernisation du fonctionnement de l'État avec des systèmes
d'information repensés.

" L'enseignement du numérique et de l'informatique proprement dits
est également considérablement renouvelé et renforcé avec
l'introduction de nouveaux enseignements." 

http://www.education.gouv.fr/cid133192/le-numerique-au-service-de-l-ecole-de-la-confiance.html

NDLR-EPI : un besoin urgent d'enseignants correctement formés
et aux compétences validées par des concours de recrutement  à l'égal
des autres disciplines (Capes, Agrégation)