Archives de l'auteur : Secrétariat EPI


Une étude ICILS 2018 (International Computer an Information Literacy Study) — 5-11-2019

Une étude menée dans douze pays dont la France. On peut y lire notamment :

« La figure du « digital native » qui serait par nature un expert dans le domaine du numérique est un mythe qui tombe. »

« Seuls 2 % des élèves font preuve d’une capacité à évaluer de manière critique une information trouvée en ligne. »

On peut lire en français la note de la DEPP (4 pages pdf) sur cette étude :

https://cache.media.education.gouv.fr/file/2019/37/9/depp-ni-2019-19-40-ICILS-2018_1199379.pdf

Bref, même les « digital natives », à supposer qu’ils existent, nécessitent un enseignement structuré en informatique. Un enseignement à la pensée informatique.

[ La liste des notes d’information de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance [DEPP] : https://www.education.gouv.fr/pid34210/les-publications-de-la-depp.html?pid=34210&page=0&formSubmitted=1&cat=37&theme=0&Month=0&Year=0&x=14&y=11#resultat ]

Lire aussi :

https://www.lepoint.fr/education/le-numerique-a-l-ecole-trois-mythes-passes-au-crible-05-11-2019-2345287_3584.php

La commission des affaires culturelles et de l’éducation a désigné Géraldine Bannier et Frédéric Reiss, rapporteurs pour la mission flash sur la mise en place de la carte des spécialités dans le cadre de la réforme du lycée.

http://www2.assemblee-nationale.fr/15/commissions-permanentes/commission-des-affaires-culturelles/(block)/44526

NDLR -EPI : Effectivement de nombreux problèmes se posent, notamment pour la spécialité NSI : Nombre de spécialités proposées par les établissements. Disponibilité réelle de ces spécialités. Passage de 3 à 2 spécialités. Enseignants correctement formés. Contrôle continu. Liens avec les CPGE et universités ... De quoi préoccuper nos élus.

ENS-Cachan le 16 octobre 2019

La 31ème réunion du groupe ITIC-EPI-SIF a été consacrée à la rentrée 2019 dans les lycées, du point de vue de ses aspects informatiques dans le cadre de la réforme du lycée, et a été suivie de la première session du séminaire franco-argentin sur l'enseignement de l'informatique.

La rentrée 2019 a donc vu les créations de l'enseignement de spécialité NSI en première et de SNT pour tous les élèves de seconde. Sur près de 300 000 élèves de première,  8,1 % se sont inscrits à NSI et la combinaison Maths-NSI-PC aurait été choisie par 3,9 % des élèves de première.

Les actions menées en particulier par l'EPI, la SIF et le groupe ITIC, depuis de longues années, ont porté leurs fruits. Rappelons aussi la création en 2012 d'ISN, enseignement optionnel en terminale S. La « cause » d'un enseignement d'une discipline informatique pour tous les élèves avance, même si son cheminement est quelque peu chaotique depuis des décennies. Mais les faits sont têtus, à notre époque, l'informatique doit être une composante de la culture générale de tous et la mission fondamentale de l'enseignement scolaire est de donner à tous les élèves la culture générale de leur temps.

Il faut donc réussir ces créations mais des obstacles subsistent, au premier rang desquels figure la formation des enseignants. L'évidence selon laquelle pour enseigner la discipline informatique il faut des professeurs d'informatique spécialistes n'est pas (encore) la chose au monde la mieux partagée. Certes, un Capes NSI a enfin été créé. On parle de plusieurs dizaines de postes pour la première promotion de 2020. C'est loin de correspondre aux besoins. Et à quand une agrégation d'informatique ? Le vivier des professeurs d'ISN permet de mettre en œuvre NSI, mais pas dans tous les lycées. Des DIU d'informatique (diplômes inter-universitaires) se sont mis en place à leur intention dans toutes les académies. Mais quels enseignants pour SNT ? Des formations de deux, trois jours ne sauraient suffire (notamment pour ceux qui découvrent la discipline !). Il arrive que SNT serve de variable d'ajustement pour compléter un emploi du temps ou éviter un service sur plusieurs établissements (point de vue légitime pour des professeurs dont le maxima de service pourrait permettre des dédoublements dans leur discipline et dans leur lycée).

Par ailleurs les programmes sont (un peu trop) ambitieux (1).

Autres obstacles, du côté de la réforme du lycée, sa « philosophie » et sa mise en œuvre « délicate » (2). Ainsi le passage de trois à deux spécialités en terminale risque-t-il d'être source de problème pour NSI.

Le syndicat des inspecteurs d'académie s'est récemment adressé au Président de la République et au Ministre de l'Éducation nationale : « Aujourd'hui, nous attirons votre attention sur les risques que font courir au système français d'éducation des réformes hâtives aux orientations libérales, sans autres visées qu'à court terme. Elles légitiment un système éducatif à plusieurs vitesses ; la précarité des agents et la privatisation de la formation seraient la clef de la réussite de nos élèves ; le rythme effréné des réformes serait le gage de l'efficacité du système. Tout cela est actuellement mené sans considération de la réalité du terrain, des élèves et de leurs parents, trop souvent désemparés, et de celle des professeurs qui peinent à les mettre en œuvre à marche forcée ». Les chefs d'établissement du privé, invités au Sénat le 8 octobre, s'inquiètent des retombées de la réforme du lycée. Vivien Joby, président du Snceel, le principal syndicat de chefs d'établissement du privé sous contrat, a déclaré : « La réforme est faite pour économiser des moyens » (3).

D'une manière générale, les sciences sont maltraitées dans la réforme, ce qui est paradoxal dans la société d'aujourd'hui. Dans le tronc commun en première, 16h, il y a 12h de matières littéraires et de sciences humaines, 2h d'EPS et... 2h d'enseignement scientifique, les mathématiques ayant quasiment disparu. Grave... (4)

Concernant le contrôle continu du nouveau bac, le Snes-FSU dénonce « un niveau inédit d'impréparation » et demande la suppression de la session de janvier (5). Et il y a ces emplois du temps trop chargés et/ou peu pratiques pour les élèves, et éclatés pour les professeurs, de fait la difficulté d'accès à certaines spécialités, la mise à mal de la structure classe dont on sait l'importance pour la vie des élèves,  les inquiétudes qui pèsent sur le conseil de classe (comment faire un conseil de classe à 35 professeurs ?). Et et …

L'informatique est omniprésente dans les entreprises et la société. Mais la France manque d'ingénieurs informatiques. La Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares) estime à 80 000 le nombre de postes vacants. « Nous sommes surtout confrontés à une pénurie de talents et de compétences » résume Neila Hamadache, déléguée à l'emploi et la formation à la Fédération Syntec (3).

En conclusion des échanges sur toutes ces questions, le groupe ITIC-EPI-SIF a pensé qu'une reprise de contact avec les fédérations de parents d 'élèves et les syndicats d'enseignants est à l'ordre du jour : en effet, la poursuite et le développement de l'action de tous, aux plans local et national, s'impose.

----------------------

La première session du séminaire franco-argentin sur l'enseignement de l'informatique, à l'initiative de Fernando Schapachnik et Gilles Dowek, a eu lieu. Nos amis argentins ont présenté plusieurs travaux de didactique de l'enseignement de l'informatique. La partie française, quant à elle, a informé sur les créations d'enseignement de l'informatique intervenues depuis 2012, suite aux nombreuses et persévérantes actions de l'EPI, la SIF et de personnalités (voir notamment le rapport de l'Académie des Sciences de 2013 "L'enseignement de l'informatique en France - Il est urgent de ne plus attendre")  (6).

Jean-Pierre Archambault

23-10-2019

(1) https://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1909a.htm

(2) https://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1905a.htm

(3) https://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1910a.htm

(4) https://afdm.apmep.fr/rubriques/opinions/des-pistes-pour-sortir-de-la-crise-de-lenseignement-des-sciences/

(5) https://www.francetvinfo.fr/societe/education/reforme-du-bac/epreuves-communes-de-controle-continu-au-bac-2020-le-snes-fsu-denonce-un-niveau-inedit-d-impreparation_3650513.html

(6) https://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/rads_0513.pdf

Ce concours, organisé pour la septième année consécutive, associe le CLEMI à Wikimédia France pour proposer aux lycéens et lycéennes de contribuer à Wikipédia (création d’articles et enrichissement de contenus existants).Le projet s’inscrit dans une démarche d’éducation aux médias et à l’information (EMI) ainsi que d’éducation au numérique. L’écriture collaborative est au centre du travail et mobilise des compétences essentielles telles que savoir chercher, savoir organiser, savoir vérifier, savoir publier.

Cette immersion au sein de la communauté wikipédienne permet aux élèves de :    S'initier à un dispositif de travail collaboratif particulièrement démocratique, élaboré de manière participative par les membres de la communauté Wikipédia, impliquant respect des règles et réflexion approfondie sur l’acte de publication ;    Approfondir la notion de source et les critères d'évaluation de l'information ;    Connaitre les sujets traités (analyse approfondie puis synthèse) et développer des capacités rédactionnelles ;    Participer à un projet encyclopédique, emblématique de l’intelligence collective et du web social.  Deux modalités de contribution sont proposées :    Améliorer un article existant considéré comme à l’état d’ébauche ;    Créer un article, en ayant vérifié sa pertinence encyclopédique. Pour en savoir plus (attention aux dates !)

https://www.clemi.fr/fr/evenements/concours/wiki-concours-lyceen.html

Enseignant(e) et/ou passionné(e) de science informatique ? Vous aimez les défis ? Vous vous sentez l’âme d’un(e) vidéaste ? N’attendez plus ! Prenez votre smartphone, webcam, ou caméra : vous avez 256 secondes (~4 min) pour partager la pépite de science qui vous fascine...

Les critères de sélection : Le jury appréciera particulièrement les vidéos qui satisfont un ou plusieurs des critères suivants :

  • originalité du sujet ou du point de vue utilisé pour le traiter,
  • aptitude à susciter une vocation pour la science informatique,
  • sensibilisation aux enjeux sociétaux de la science informatique,
  • capacité à expliquer en langage simple un point de science informatique La remise des prix se déroulera lors du congrès de la SIF qui se déroulera les 4 et 5 février 2020 à Lyon. Les vidéos seront mises en ligne aussi par la SIF, de manière ouverte avec une licence Creative Commons choisie par l’auteur(e).

Pour en savoir plus :

Parrain de l’édition 2020 : Frédéric COURANT - Plus connu sous son surnom de Fred, il a été l’animateur de l’émission de vulgarisation scientifique « C’est pas sorcier » sur France 3 de septembre 1993 à juin 2013, aux côtés de Jamy Gourmaud. Depuis 2015, il a créé le média « éducatif » L’Esprit Sorcier et anime L'Esprit Sorcier, site de la science et de la découverte, qui a parmi ses partenaires la SIF, l’INRIA, ...

Un manuel pour se former à la programmation

Un guide pédagogique de l’INRIA pour l’enseignement de l’informatique créative. L’informatique créative est axée sur la créativité, l’autonomisation de l’individu et l’informatique.

Dans ce guide pratique, chacun peut créer un large éventail de projets multimédias interactifs à proposer à ses élèves, grâce au langage de programmation Scratch :

  •  animations
  •  histoires
  •  jeux, etc.

Il peut également partager ses projets avec d’autres au sein d’une communauté en ligne.

Au fil des 149 pages, vous trouverez de nombreuses fiches d’activités, clairement présentées avec les objectifs, la description de l’activité, des ressources, des invitations à la réflexion et une aide à l’analyse du travail des élèves.

https://primabord.eduscol.education.fr/osez-l-informatique-creative

https://primabord.eduscol.education.fr/osez-l-informatique-creative



Groupe inter-universitaire de réflexion sur la formation d’enseignants en informatique au lycée 2018/2020

Ce site, vitrine du Diplôme inter-universitaire, Enseigner l’informatique au lycée présente cette formation proposée aux futur·es enseignant·es de la discipline de spécialité Numérique et sciences informatiques introduite au lycée à la rentrée 2019.

Le DIU Enseigner l’informatique au lycée est une formation visant à accompagner des futur·e·s enseignant·e·s d’informatique dans l’acquisition des connaissances et compétences minimales nécessaires à l’enseignement de la nouvelle spécialité NSI, Numérique et sciences informatiques en classes de 1re et de Terminale, dans le cadre de la réforme du lycée.

Le DIU est un diplôme national, dont la mise en place est en cours dans un ensemble d’universités, avec au moins une proposition par région académique.

Le comité de pilotage national du DIU peut être joint à diu-eil-pilotes@groupes.renater.fr

Documents

Foire aux questions : une foire aux questions est disponible.

https://sourcesup.renater.fr/www/diu-eil/